Bienvenue sur le site de la ville de Montpon-Ménestérol. Nous sommes le
  • Accueil
  • Culture
  • Histoire
  • Les 3 ponts de Montpon

Les 3 ponts de Montpon - Le pont cassé de Vauclaire

Page 5 sur 6: Le pont cassé de Vauclaire

3 pont 17Le pont cassé de Vauclaire

Où la réalité dépasse la fiction

Tout ce qui a été dit et entendu depuis des décennies sur le pont cassé de Vauclaire ou pont des Chartreux est pure affabulation.
La réalité est beaucoup plus terre à terre comme en témoigne l'étude qui suit.

PREAMBULE

En 1890 arrive à la Chartreuse de Vauclaire Dom Philippe REY, un robuste savoyard de 50 ans. Il a un savoir faire peu commun en électricité, en hydrologie, en architecture et en maçonnerie. Il assure bientôt la gestion de la Chartreuse et en devient très vite le "Procureur".
Grâce à lui Vauclaire va devenir en quelques dix années une des plus belles maisons de l'ordre cartusien.
Enfin il sa lance dans une oeuvre hardie. Il entreprend la construction d'un pont traversant l'Isle, en face de l'abbaye, destiné à rélier les communes de MENESPLET et de SAINT MARTIAL D'ARTENSET.
Ce pont, dont une partie subsiste encore, aurait été le chef-d'oeuvre de la vie de Dom Philippe. Cette joie lui fut refusée car il fût contraint d'abandonner son chantier.
Les raisons en sont la promulgation de la loi de 1901 sur les associations, jugée inacceptable par les Chartreux, puis celle de 1905 sur la séparation de l'église et de l'état.
Le 18 septembre 1901 les Chartreux ayant à leur tête leur prieur Dom Challiol prirent le train à Montpon : ils gagnaient l'Espagne. Dom Philippe resta seul à l'abbaye pour veiller sur les biens du monestère. Il le quitta enfin le 2 juillet 1905 pour se rendre à la Chartreuse de la Valsainte en Suisse d'où il était parti 15 ans plus tôt. 

HISTOIRE DU PONT DE VAUCLAIRE

3 pont 18Par une pétition en date du 12 mars 1895, le père François-Marie REY, procureur à la Chartreuse de Vauclaire, fondé de pouvoirs de messieurs Jean ROCHER et Désiré DOREAU propiétaires à Ménestérol-Montignac, a demandé l'autorisation de construire un pont à Vauclaire sur la rivière l'Isle pour desservir l'usine de Vignerie et être livré à la circulation publique et gratuite.
L'enquête effectuée par les Ponts et Chaussées à laquelle cette pétition a été soumise, n'a soulevé aucune contestation et , le pétionnaire a été invité à communiquer à l'administration le projet détaillé des ouvrages à construire.
Cette communication a eu lieu le 22 février 1897 et indique que les ouvrages projetés se subdivisent en 2 parties :

  • Un pont sur la rivière à l'aval du moulin composé de sept arches en arc surbaissé.
  • Et un pont sur le canal de navigation composé de deux arches.

3 pont 19Il est précisé que ces 2 ouvrages seront fondés sur le rocher et que les deux rampes d'accès entre les ouvrages ainsi que le chemin les reliant seront summersibles.
Suite à cette communication, une étude technique est faite par l'Administration et de sérieuses réserves sont émises :
"... Quant'à la solidité, elle nous a paru tellement défectueuse que nous avons fait demander aux pétitionnaires de modifier leurs propositions à cet égard... "

L'établissement du pont et sa livraison à la circulation publique auront pour conséquence de rendre inutile le bac de Vauclaire qui devra être supprimé. De toute façon le bail d'exploitation du bac expire le 31 décembre 1900.
Au vue de cette communication, Monsieur Le Ministre des Transports prendra la décision de l'approbation des travaux.
Un projet de églement est établi le 28 février 1898 et le décret qui précise les conditions imposées par l'Administration est signé le 3 août 1898 ; Mentionnant un délai de deux ans pour la construction de l'ouvrage, ce pont devra être terminé au plus tard le 3 août 1900.

3 pont 20Le début des travaux a lieu le 19 septembre 1898 sur le bras navigable. En 1899 les fondations sont faites ainsi qu'une partie de l'élévation des arches du bras principal.
Le 26 mars 1900 constat est fait que la pile la plus rapprochée de la rive gauche de ce dernier bras s'est affaissée par suite de l'affouillement du sol de fondation et le 25 août cette pile, après avoir subi un nouveau tassement, s'est couchée sur le côté droit et les deux arches voisines se sont écroulées.

               "Le 29 octobre mil neuf cent un, nous soussigné, CLAVEILLE Ingénieur des Ponts et Chaussées assisté de M. THORE conducteur, nous sommes rendus à Vignerie pour procéder au recolement des travaux autorisés par le trois août mil huit cent quatre vingt dix huit... et nous avons fait les constatations suivantes :

  • Le pont sur la rivière à l'aval du barrage de Vignerie a été en partie construit. La 6ème et 7ème arche ont été exécutées, mais à la suite d'un affaissement de la pile intermédiaire elles se sont effondrées et n'ont pas encore été rétablies.
  • Le pont sur le bras navigable comporte deux arches.

Par ailleurs des plaintes sont formulées au sujet de la suppression du bac et il serait à désirer que le pont soit livré à la circulation le plus tôt possible."

3 pont 22Le procès verbal d'exécution des travaux établi le 24 novembre1901 est accablant, de nombreuses et graves irrégularités sont constatées. Il fait ressortir qu'en plus de l'affaissement de la pile de gauche les deux ouvrages auraient dû être fondés sur le rocher ce qui n'est pas le cas, "La culée de droite étant fondée sur du gravier argileux, sans fouille, sans encastrement ni pénétration dans le sol. Les fondations des piles sont encore plus défectueuses, elles reposent sur du sable éminemment affouillable qui constitue la couche superficielle mobile du lit de la rivière, sans dragage ni déblai d'aucune sorte."

De nombreuses irrégularités ont été aussi constatées sur les dimensions des arches et des voûtes ainsi que sur le dosage des matériaux constituant le béton des culées et des piles. Signalons également la suppression de la plus grande partie des fers constituant l'armature.
Par contre le pont sur le canal, construit le premier à l'air d'être exécuté dans les meilleures conditions et avec des matériaux de meilleure qualité.    

Ce procès verbal se termine par une réflexion de M. THORE, conducteur des Ponts et Chaussées ayant établi ce rapport, elle vaut son pesant d'or, la voici dans son intégralité :

Le 28 novembre 1901 Messieurs ROCHER et DOREAU ou plûtot les chartreux de Vauclaire qui s'occupent spécialement des constructions demandent un délai supplémentaire pour permettre l'achèvement des ouvrages, délai expirant le 1er décembre 1902.
Les habitants de la commune de Saint Martial D'Artenset  privés du bac depuis 3 ans réclament le prompt achèvement du pont.
En février 1905 le conseil municpal de MONTPON demande à l'Administration de bien vouloir achever le pont de Vauclaire. la réponse est négative car il s'agitd'un ouvrage privé propriété des Chartreux. Les communes doivent s'adresser au liquidateur car la congrégation est dissoute.
État de l'affaire au 1er mars 1905 : l'état d'avancement des travaux est au même point que le 29 octobre 1901.
Une visite en date du 14 mai 1905 fait état d'un commencement de dislocation du pont sur le canal de navigation causé aussi par l'affaissement de la pile et des culées.

Les 23, 24 et 25 mai 1905 un procès verbal est établi constatant de nombreuses fissures et affaissement de cet ouvrage dûs au manque de stabilité des culées et de la pile, et au manque d'homogénéité des matériaux suite à de fréquentes interruptions des travaux.

Projet abandonné
Page
Mairie de Montpon-Ménestérol

HORAIRES D'OUVERTURE

Lundi, mardi, jeudi, vendredi : 8h30 - 12h et 13h30 - 17h
Mercredi : 8h30 - 12h et 13h30 - 17h30
Samedi : permanence état civil le premier samedi de chaque mois

CONTACTER LA MAIRIE

Place Gambetta
24700 MONTPON-MÉNESTÉROL
Tél. : 05 53 80 30 21

Montpon-Ménestérol

© 2019 Ville de Montpon-Ménestérol - Site créé & hébergé par Taranis Studio à Champcevinel