Imprimer

LOI LABBE, 01/01/2019, JARDINS SANS PESTICIDE

Pour protéger votre santé et l'environnement, la réglementation concernant l'utilisation des pesticides chimiques évolue :  au 1er janvier 2019, vous ne pouvez plus acheter, utiliser et stocker de pesticides chimiques pour jardiner ou désherber. Issue de la loi LABBE, cette interdiction concerne également les collectivités qui n'ont plus le droit depuis le 1er janvier 2017d'utiliser les pesticides chimiques sur les espaces verts, les forêts, les voiries ou les promenades accessibles ou ouverts au public.

Des solutions alternatives existent! Planter des plantes locales, au bon endroit selon l'exposition et la nature du sol - cultiver à proximite les unes des autres des plantes qui s'apportent des bénéfices mutuels - utiliser les plantes et les animaux auxiliaires pour lutter contre les maladies et les ravageurs - favoriser la biodiversité , alterner les cultures, adopter le paillage pour protéger vos végétaux des bio agresseurs - en sont quelques unes. Un jardin naturel et équilibré est un jardin plus résistant! 

Les alternatives non chimiques et les produits de bio contrôle sont des solutions efficaces pour prévenir et si besoin traiter. Vous pouvez utiliser des produits de bio contrôle adaptés, au bon moment selon le stade de développement du bioagresseur et les conditions climatiques. L'ensemble des conseils et solutions pour jardiner sans pesticides sont disponibles sur le site www.jardiner-autrement.fr

Rapportez vos pesticides! Bidons, bouteilles, sprays et autres contenants, qu'ils soient vides, souillés ou avec un reste de pesticides, ils doivent être rapportés en déchetterie ou en point de collecte temporaire, si possible dans leur emballage d'origine. Il ne faut en aucun cas les jeter à la poubelle, ni les déverser dans les canalisations...

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. Aucune information personnelle n'y est stockée. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD